Publication des résultats du 2nd Baromètre numérique

2018-08-30-economie_numerique_-_barometre_numerique_nouvelle-caledonie.jpg

Calédonien, quel internaute êtes-vous ? Plutôt addict, trotter, déconnecté, ou tranquille ? Service public, quelle est votre stratégie numérique ? Dématérialisation, Wi-Fi public, open data? Entreprise, avez-vous opéré votre transition digitale pour être plus performant ? Filière numérique, faites-vous partie des innovateurs du digital en Nouvelle-Calédonie ?

Bernard Deladrière, en charge du secteur de l’économie numérique au gouvernement, a présenté les grandes lignes de ce nouveau baromètre numérique jeudi 30 août, près de sept ans après le premier Baromètre, c’est « une nouvelle photographie du paysage numérique calédonien ».

Le contexte de ce nouveau baromètre du numérique

Dans le but de préparer les relais de croissance de demain et de répondre aux attentes de tous les calédoniens, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et ses partenaires institutionnels se sont engagés dans le développement du numérique, en se dotant d’une stratégie commune à moyen et long terme, par l’élaboration d’un Plan Stratégique pour l’Economie Numérique (PSEN).

Le membre de l’exécutif en charge du secteur l’a rappelé, « l’économie numérique est le principal moteur de la croissance. Il était donc absolument nécessaire pour les autorités de la Nouvelle-Calédonie, de réfléchir à une stratégie qui encourage son développement. »

Six ans après la sortie du premier baromètre numérique du territoire, porté en 2011 par l’Observatoire Numérique Nouvelle-Calédonie, avec le soutien financier du gouvernement et de la Caisse des dépôts, la réalisation de la seconde édition du baromètre numérique a ainsi été souhaité et permet d’avoir une nouvelle photographie du paysage numérique calédonien.

Une campagne de communication pour relayer ce nouvel outil

Ce baromètre numérique est un véritable outil d’aide à la décision et offre la possibilité de suivre le développement numérique de la Nouvelle-Calédonie dans le temps. Il permet également d’évaluer l’impact de la politique publique en matière de développement numérique, actuellement menée, et d’identifier les axes d’amélioration à conduire, pour l’ajuster aux exigences et à la réalité du terrain.

Les Calédoniens, qu’ils soient professionnels, associations ou encore particuliers ont maintenant accès à l’ensemble des rapports mis à disposition sur les sites du gouvernement www.gouv.nc et sur le site de l’association Observatoire Numérique Nouvelle-Calédonie, www.observatoire-numerique.nc, partenaire de ce projet.

Un outil complet

L’édition 2018 du baromètre numérique a été pilotée par la cellule économie numérique et réalisée par la société Olécall.

Cette nouvelle édition se présente sous la forme de quatre baromètres :

  • Maturité numérique des ménages
  • Maturité numérique des services publics
  • Maturité numérique des entreprises
  • Maturité de la filière numérique

Pour ce faire, plusieurs  enquêtes,  représentatives de la population, des services publics, des entreprises et de la filière numérique de la Nouvelle-Calédonie, ont été conduites du mois d’octobre 2017 à janvier 2018.

Elles portent sur les échantillons suivants :

  • 1 160 personnes interrogées ;
  • 39 organismes publics et 31 communes interrogés ;
  • 1 178 entreprises interviewées;
  • 103 entreprises de la filière numérique.

La marge d’erreur des différents baromètres est inférieure à 6 %.

Découvrir le Barometre numérique

 

Les grandes tendances

Les quatre baromètres numériques ainsi réalisés permettent de mettre en avant plusieurs grandes avancées depuis la première édition (2011) :

  • Les Calédoniens, mais également les entreprises sont connectés, avec une tendance à la mobilité. Ils sont également bien équipés (ordinateur fixes, portables, tablettes). L’Internet mobile gagne notamment les usages des populations grâce à des tarifs qui ont été réduits et des offres qui se sont diversifiées (à la demande ou forfaits).

De plus, la fibre optique, qui remplacera progressivement l’ADSL, changera nécessairement les habitudes. Néanmoins, la fracture numérique, que ce soit pour les Calédoniens (âges, zones très éloignées des centres urbains) ou les entreprises (taille, zones géographique) subsiste, même si elle tend à se réduire. Elle reste un enjeu permanent, car au fil des avancées technologiques, elle prend d’autres visages (économiques, sociaux...).

  • Les usages numériques progressent à un rythme soutenu ; les jeunes n’attendent pas !

Plus de la moitié de la population se forment aux outils numériques de façon autodidacte.

Les réseaux sociaux viennent en tête des usages des calédoniens.

La bonne utilisation de ces outils, très faciles d’accès, nécessitera de sensibiliser les populations et particulièrement les jeunes.

  • Les services en ligne se sont développés depuis ces dernières années, mais restent le point faible du développement numérique calédonien. Pourtant, les Calédoniens sont demandeurs.

L’administration propose progressivement d’effectuer des démarches en ligne (inscription, déclaration de revenu, portail service-public.nc...).

L’e-commerce prend encore davantage d’ampleur, même si les transactions internationales restent prédominantes par rapport au e-commerce local.

  • La filière numérique calédonienne continue de se développer mais est ralentie dans son dynamisme en raison notamment  du manque de compétences.

En effet, 42% des entreprises de la filière ont exprimé de fortes attentes dans le recrutement de compétences, plus particulièrement sur les métiers de conception/développement, mais aussi d’administration réseaux. La moitié d’entre elles expriment de vraies difficultés à recruter localement.

Concernant les défis numériques que la Nouvelle-Calédonie doit relever, ils sont multiples :

  1. Favoriser l’accessibilité à Internet pour tous, en continuant les actions entreprises (programme Case numérique, aides à l’achat d’équipement informatique «  MIPE² », ou raccordement des établissements scolaires au Très Haut Débit,etc).
  2. Accompagner et sensibiliser les Calédoniens aux bons et mauvais usages d’Internet pour créer une société apprenante (humanité numérique) consciente des cyber-menaces.
  3. Former les jeunes aux métiers du numérique. Il existe un réel besoin de compétences.  Un défi « en tête de liste », insiste Bernard Deladrière : développer les formations initiales locales aux métiers du numérique, pour permettre aux jeunes de répondre aux besoins criants des entreprises, ou les encourager à se former à l’extérieur.
  4. Favoriser la transformation numérique de la Nouvelle-Calédonie (secteur privé et secteur public), en mettant en place les conditions nécessaires à sa réussite (développement de la filière numérique, de l’innovation, sensibilisation, formations, etc.). Il est important de développer des services numériques, pour booster l’économie numérique. Il s’agit de soutenir les « jeunes pousses » et l’innovation ; en matière de technologies, a précisé Bernard Deladrière, « j’ai lancé une étude stratégique du secteur des télécommunications », pour permettre, d’ici à la fin de l’année, d’éclairer le plan stratégique de l’OPT. L’innovation passe aussi par le développement des services numériques de proximité ; l’exécutif vise « la dématérialisation totale des formalités administratives dans les cinq ans à venir ».
  5. Faire de la Nouvelle-Calédonie une cyber-référence dans le pacifique insulaire.

Les principaux indicateurs du baromètre numérique

Les ménages

  • 81 % des Calédoniens surfent sur internet (+ 19 points par rapport au premier baromètre) ;
  • 51 % des Calédoniens consultent les sites des collectivités locales (+ 13 points par rapport au premier baromètre) ;
  • 41 % font du e-commerce (+ 19 points par rapport au premier baromètre) ;
  • 61 % sont présents sur les réseaux sociaux (loin devant la moyenne mondiale de 42 %).

Les services publics

  • 70 % des services publics ont un site internet ;
  • 67 % sont présents sur les réseaux sociaux ;
  • 100 % des administrations sont connectées ;
  • 39 % des services publics se dématérialisent.

Les entreprises

  • 65 % des entreprises calédoniennes sont connectées (+ 17 points par rapport au premier baromètre) ;
  • 35 % d’entre elles sont présentes sur les réseaux sociaux ;
  • 33 % déclarent avoir un projet numérique.

La filière numérique

  • la filière numérique c’est en 2016 : 210 entreprises actives, 1 850 emplois estimés et 57,6 milliards de francs de chiffre d’affaires (dont plus de 40 % réalisés par l’OPT) ;
  • 2,64 % du PIB calédonien en 2016 ;
  • 86 % des entreprises de la filière sont localisées sur Nouméa ;
  • 31 % des entreprises de la filière ont une clientèle hors de la Nouvelle-Calédonie.

Des profils numériques variés

Au travers de ces 4 différents baromètres, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, a souhaité identifier le niveau de digitalisation du territoire.

A titre d’exemple, les profils numériques des Calédoniens ont été définis de la manière suivante :

profils_numeriques.png

 

Un baromètre pour quoi faire ?

 

Les usages numériques des ménages

 

Les entreprises et la filière numérique

Sur le même sujet

Documents à télécharger

Liens utiles

Liens utiles