La Calédonie numérique : un exemple ultramarin

mediation_numerique.jpg

Deux représentants de l’Agence du numérique étaient sur le territoire le mois dernier pour étudier le dynamisme numérique de la Nouvelle-Calédonie. Leur mission s’est achevée le 26 avril par un entretien bilan avec le membre du gouvernement en charge notamment du développement numérique, Philippe Dunoyer.

Remarqué lors de la présentation de la cellule Économie Numérique (ÉcoNum) aux Assises de la médiation numérique de 2016 en Métropole, le modèle calédonien a suscité la curiosité de l’Agence du numérique. Cette entité, créée en 2015 et rattachée au secrétariat d’État au numérique et à l’innovation, au sein du ministère de l’Économie et des Finances, a ainsi mandaté Matthieu Pasini et Laurent Laluc pour une mission d’étude de deux semaines en Nouvelle-Calédonie.  À leur programme : la découverte du contexte numérique, du plan stratégique à l'économie numérique et des différents outils mis en place pour développer le digital sur le territoire.

Durant leur séjour, ils ont rencontré la majeure partie des acteurs du secteur et visité différentes structures, comme les Cases numériques.

Objectif : analyser le modèle calédonien, susceptible de devenir une référence pour d’autres territoires ultramarins ou métropolitains.

Un élève modèle

À l’issue de cette mission, Matthieu Pasini et Laurent Laluc se sont entretenus avec Philippe Dunoyer pour partager leurs premières impressions. « Il y a des choses ici que l’on ne voit nulle part ailleurs ! », ont-ils déclaré avec enthousiasme en soulignant la cohérence d’action entre le développement des infrastructures et celui des services et des usages.

En matière d’aménagement numérique, la Calédonie – qui a confié cette mission à l’OPT – serait en avance sur la Métropole où il existe encore de nombreuses "zones blanches". Ces régions peu ou pas couvertes en mobile impacteraient 3 800 communes, dont 25 % d’entre elles ne disposaient toujours pas du haut débit internet mobile en début d’année, d’après les données de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Les représentants de l’Agence ont aussi souligné l’existence d’un véritable écosystème numérique calédonien, riche de nombreux acteurs (institutions, associations, entreprises privées, clusters, incubateurs…).

Dans l’attente de leur rapport de mission, les premières conclusions font déjà état d’une solide structuration stratégique du numérique calédonien.

Sur le même sujet

Liens utiles

Liens utiles